Vous êtes ici

Enseignement

Eugène Doga a fini l'Ecole de musique de Chisinau (1951-55) et le Conservatoire (1955-60), classe de violoncelle.

Jusqu'aujourd'hui il garde de doux souvenirs de son professeur de la classe de violoncelle - Giovanni Pablo Bacchini. Son amour désintéressé envers la musique et son exemple ont produit une grande influence sur la formation et le destin postérieur du compositeur.

«Encore à l'âge de 15 ans mon pédagogue italien Giovanni Pablo Bacchini m'a appris de travailler durement dès le matin. Chaque jour, y compris les jours fériés et les jours de repos, j'arrivais dans la classe à 6 heures du matin, mon professeur était déjà au piano. J'ai gardé cette habitude jusqu'aujourd'hui: je me lève à 5.30 le plus tard. Mon prof est devenu mon salut, car avant lui c'était un autre professeur qui m'a tourmenté pendant une année et qui ne m'a pas appris même de poser l'archer sur les cordes. Je pense à mon professeur avec enchantement» - dit Eugène Doga.

Mais sa carrière du musicien a été empêchée brusquement par un malheur - paralysie de la main droite, – alors Eugène Doga a décidé de s'occuper de la composition ; il est entré encore une fois au Conservatoire (1960-65) dans la classe du professeur S.Lobel. Mais sauf la composition et l'étude de la théorie de la musique Eugène Doga a écouté le cours complet de direction de l'orchestre symphonique.

Ensuite le compositeur diplômé a travaillé dans les sphères différentes de la culture:

 - musicien de l'orchestre de Radio;

 - rédacteur musical d'une édition;

 - professeur à l'Ecole de musique;

 - membre du Jury de répertoire du Ministère de la Culture de la République de Moldavie (1967- 1972);

 - membre du Comité du Conseil supérieur de l'URSS de la Science, de l'Instruction populaire, de la Culture et de l'Education (1989-91);

 - adjoint au Président du Comité de la Culture du Conseil supérieur de l'URSS.

En faisant ses études (deuxième enseignement supérieur) le futur compositeur les réunissait avec le travail et l'enseignement.  Dans les années 1962-63 Eugène Doga enseignait à l'école de musique « Stéphane Neaga ». Dans les années 1963-67 — il enseignait la théorie de la musique à l'Ecole de musique E. Koki  de Chisinau. A cette époque même il a écrit le manuel de Théorie de la musique sous la direction de L.Tsourkanou qui a été édité deux fois, aujourd'hui encore les étudiants l'utilisent. Il continue à enseigner et parallèlement il travaille en qualité du premier violon à l'orchestre de la Télévision moldave, il s'occupe de l'orchestration des œuvres des compositeurs moldaves connus et des compositeurs semi-professionnels. Par amour de l'orchestre il fait même l'orchestration des œuvres classiques de Grieg, de Chostakovitch, par exemple, ou de Khatchatourian. C'était une bonne école d'orchestration réunie avec l'étude des œuvres théoriques.

C'est à cette période qu'il écrit ses premiers œuvres. Il a composé son œuvre de fin d'études au conservatoire — poème vocal-symphonique «Maman» d'après une estampe d’A. Davide portant le même nom, Premier quatuor d'instruments à cordes (1963, 3èmeannée d'études), Prélude pour violoncelle et piano, Scherzo pour flûte et piano et d'autres œuvres. Le 1erjanvier 1957 son œuvre« Chanson de Nouvel An » (Cântec de anul nou) a été interprété à la Radio moldave par le Chœur d'enfants sous la direction de Chiko Aranov. Au printemps de la même année la camarade de cours de l'Eugène Marie Bieşu s'est produite pour la première fois à la télévision moldave (cette télévision vient de commencer à diffuser ses programmes) avec la chanson « La fleur blanche du Jardin » (Floare dalbă de liadă) accompagnée de l'orchestre de la radio-télévision où jouait Eugène Doga sous la direction de son ancien professeur Pavel Batchinine.

En 1963 il compose sont premier quatuor d'instruments à cordes, ensuite après l'intervalle de 10 ans - le deuxième, le troisième, le quatrième. En 2003 Doga composera sont cinquième quatuor. «Je compose un quatuor par 10 ans, – dit le maestro, – et toujours au mois d'octobre. Pendant ce délai, tu es changé, rempli de nouveaux sentiments. Et chaque nouveau quatuor ne ressemble pas aux précédents». Le compositeur planifie de composer 10 quatuors et d’inviter tout le monde à la première du dixième quatuor.

Biographie

Musique classique

Musique de film

Musiques pour les spectacles et les mises en scènes de radio

Famille

Aujourd'hui

 

 

1997-2017 (c) Eugen Doga. All rights reserved.