Vous êtes ici

Musique de film

Le début d'Eugène Doga en qualité du compositeur de musique de film a eu lieu en 1967, quand il a composé la musique pour le film du metteur en scène Gheorge Vodă  «A la recherche d'un portier»  sur le sujet d'une œuvre connue «Ivan Turbinca». Ce bon conte exigeait une bonne interprétation, et le compositeur débutant s'est parfaitement acquitté de cette tâche.

Depuis l'année 1960 et jusqu'aux les années 70 du siècle passé Eugène Doga a écrit les musiques pour presque la moitié des films qui avaient été tournés dans le studio de cinéma «Moldova-film». Une plaisanterie même existait à cette époque au studio qu'il fallait donner au studio un nouveau nom «MolDoga-film». En 1969 Eugène Doga compose les musiques pour plusieurs films à la fois: «Noce dans le palais» (Vlad Iovitse), «Seul en face de l'amour» (Gheorge Vodă), «Dix hivers pendant un été» (Valeriu Gagiu) et la musique pour le dessin animé «La porte-monnaie avec deux monnaies» (Anton Matera).

Il ne faut pas oublier cette contribution importante qu'Eugène Doga a apportée au développement du dessin animé moldave. Il a écrit les musiques pour les dessins animés suivants: «La chèvre et ses trois chevreaux» (1968), «Secret de LSU» (1974), «Le pupitre de Gougoutse» (1975), «Gougoutse-facteur» (1976),  «Marie, Mirabelle» (1980), «Les enfants, le soleil et la lumière», «Arrêtez le train» (1982), «La rose qui savait rougir» (1982) et plusieurs autres.

Mais c'est le film «Leoutars» (1971) qui est devenu un vrai examen de maturité pour le maestro. Cette musique a été créée à la base des meilleures perles du folklore moldave musical. C'est ce film qui est devenu base de la collaboration créatrice d'E.Lotjanu et du compositeur E. Doga. Le film  «Leoutars» a reçu la «Coquille d'argent» du Festival international du film de Saint-Sébastien (Espagne, 1972).

Et le film «Les Tsiganes montent au ciel» (1976) est devenu début d'Eugène Doga au studio «Mosfilm». Ce film a gagné le Grand-prix – «Coquille d'or» du Festival international du film de Saint-Sébastien (Espagne, 1977). Parallèlement à la musique pour le film «Les Tsiganes montent au ciel» Eugène Doga compose la musique pour le film télévisé «Chisinau ... Chisinau». Pour ce film il a écrit la chanson «Ma ville blanche» sur les verts de V.Lasarev. Maintenant cette chanson est devenue hymne de Chisinau, et sa mélodie sert de pause musicale de l'Horloge de la Tour de la Mairie de la ville.

Plusieurs fois la vie propose à Eugène Doga de résoudre des tâches différentes.

La manière nationale, le style musical des œuvres d'Eugène Doga sont très différents : musique moldave, bohémienne, polonaise, russe, yougoslave, rythmes et musiques d'Amérique latine, musique ukrainienne, chinoise. Eugène Doga a pu recevoir des connaissances approfondies du folklore chinois, quand il travaillait dans le groupe de tournage du film «Sur la route de Mourom» (1993) du metteur en scène F.Petroukhine ayant créé tout un cycle de mélodies en style chinois pour ce film.

Des chansons célèbres «La région du Codru moldave» (1968), « J'ai rêvé du bruit de la pluie » sur les verts de V.Lazarev (1975), «Le Printemps et l'amour ont le même âge» sur les verts d'I.Reznik (1977), «La ballade de Tanja Savitcheva» sur les verts de B.Guine (1977), «Tout commence par l'amour» sur les verts d'A.Dementiev et d'autres sont devenues chroniques musicales de l'histoire de la Moldavie et de la Russie.

En travaillant avec les metteurs en scène polonais B.Poremba et Moslianovitch Eugène Doga a conçu les particularités de la musique polonaise. Ces derniers temps le compositeur a écrit beaucoup d'œuvres en style des romances russes de l'époque ancienne. En même temps le compositeur a beaucoup utilisé les archives musicales de Lefortovo où sont conservés des exemples uniques des œuvres différentes que la main humaine n'avait pas touchées pendant plusieurs siècles. Ce fait a beaucoup facilité le travail du compositeur, quand il écrivait la musique pour le film parlant de la chanteuse célèbre russe Anastasia Vjaltseva et du poète populaire Alexeï Koltsov.

La valse célèbre écrite pour le film «Ma bête douce et tendre» (1978) est devenue «Carte de visite» d'Eugène Doga. Aujourd'hui cette mélodie se fait entendre quotidiennement non seulement dans les Palais des mariages, mais dans les passages souterrains, dans les stations du métro, elle est souvent utilisée par les chorégraphes qui mettent en scènes des numéros de danse et de ballet, par exemple, des programmes de patinage artistique. A propos, cette valse peut être présentée au jury du Livre Guinness des records en ce qui concerne la fréquence de son utilisation dans les émissions et dans les salles de concerts

Le compositeur Eugène Doga a composé les musiques pour plus de 200 films.

La liste complète de ces films est exposée dans le chapitre «Filmographie» (en langues russe et moldave).

Biographie

Enseignement

Musique classique

Musiques pour les spectacles et les mises en scènes de radio

Famille

Aujourd'hui

 

 

1997-2017 (c) Eugen Doga. All rights reserved.